Retraite à l’étranger Article précédent Le Portugal nouveau... Article suivant Retraite au Portugal

Retraite à l’étranger 

Vous avez choisi de vivre votre retraite à l’étranger, après avoir occupé un poste à responsabilité en France. Ou vous avez décidé de développer votre carrière professionnelle dans un pays étranger jusqu’à la retraite. Il est important de connaître les démarches nécessaires liées à votre expatriation, vos droits en tant que retraité à l’étranger, ainsi que le régime fiscal sous lequel vous vivez à la retraite.

Vivre sa retraite à l’étranger

Il est tout à fait possible de continuer à percevoir sa retraite à l’étranger. Pour ce faire, il suffit de soumettre sa nouvelle adresse à la caisse régionale qui est en charge du versement. Il est également important de signaler tous les autres changements qui s’opèrent au niveau des coordonnées téléphoniques et bancaires.

A noter toutefois que l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), ne sont accordés qu’aux retraités qui restent en France. Si vous choisissez ainsi de vous expatrier, ces prestations vous seront automatiquement retirées. Mais à votre retour, vous pourrez toujours soumettre une nouvelle demande.

Lorsque vous décidez de vivre à l’étranger, et que vous percevez une retraite du régime général de la Sécurité sociale, il vous faudra tous les ans, remplir un formulaire de justificatif d’existence. Celui-ci vous est généralement adressé à la même date chaque année. Dans le cas contraire, vous pouvez télécharger un exemplaire vierge sur Internet. Mais autant que possible, il vaut mieux utiliser la version originale, car elle comporte un code-barres authentique qui permet de valider votre dossier dans un court délai. Sans ce justificatif d’existence, votre pension sera suspendue.

L’Assurance santé expatrié

Concernant l’Assurance Maladie, vous devez remplir certaines conditions pour continuer à jouir d’une prise en charge des soins à l’étranger.

  • Etre titulaire d’une retraite du régime général ;
  • Séjourner dans un pays de l’Union européenne ou dans un pays signataire d’une convention mentionnant les dispositions en termes de droit aux soins de santé avec la France ;
  • Ne percevoir aucune retraite du pays d’accueil.

Pour bénéficier de l’Assurance Maladie, il vous faudra soumettre une demande d’attestation de droit aux soins de santé auprès de l’organisme de Sécurité sociale de votre pays d’accueil. Celle-ci, une fois validée, vous permettra de demander un remboursement de vos frais de soins depuis votre pays de résidence.

Pour être sûr de recevoir une couverture complète en cas de besoin, il est conseillé de souscrire une Assurance santé expatrié. Cette mutuelle vous garantit une couverture optimale pour des soins spécifiques qui nécessitent l’intervention d’un spécialiste, un déplacement en dehors du pays, voire un rapatriement. C’est également la solution idéale pour échapper à certains frais médicaux excessivement élevés dans certains pays étrangers. Celle-ci, en complément de la CFE (Caisse des Français de l’Etranger), vous offre des avantages spécifiques et des garanties exceptionnelles, dans certains cas : maladie, invalidité, maternité, vieillesse, etc.

Fiscalité retraité à l’étranger

En tant que retraité domicilié fiscalement hors de la France, vous n’aurez pas à payer ni CSG (Contribution sociale généralisée), ni CRDS (Contribution pour le remboursement de la dette sociale), ni même Casa (Contribution de solidarité pour l’autonomie), dans votre pays d’accueil.

Par ailleurs, vous devrez parfois verser une cotisation d’assurance maladie auprès de la Sécurité sociale de votre pays de résidence.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.